Cela fait maintenant des années que les NAC ou « Nouveaux Animaux de Compagnie » ont débarqués  dans quelques foyers en France. Parmi eux, les lapins sont toujours les plus appréciés, ils sont devenus les camarades préférés des enfants. Comme l’élevage d’un lapin n’est pas encore assez courant, certaines personnes ont du mal à les nourrir et à en prendre soin correctement. Or, un faux pas sur l’alimentation ou sur le traitement d’une maladie pourrait engendrer des conséquences néfastes pouvant nuire à leur santé.

Bien alimenter son lapin

Contrairement aux chiens et aux chats, l’appareil digestif des lapins est extrêmement fragile, mais ils n’exigent cependant pas d’aliments compliqués. Ils n’ont pas besoin d’un régime particulier, il suffit de leur donner les aliments à faible contenu nutritif qui s’adoptent parfaitement à leur organisme comme les légumes frais, l’herbe ou les racines. Surtout, évitez de donner à ces pauvres petites bêtes des féculents comme les biscottes, les biscuits, les céréales, les pâtes, le pain, les gâteaux…. Les sucreries ne s’affichent pas non plus sur la liste de leur nourriture, alors arrêtez de partager avec eux vos chocolats et bonbons

Se préoccuper de sa santé

Les lapins sont beaucoup plus fragiles, ils exigent certaines intentions pour leur bien-être et santé. La conduite d’un lapin est inhabituelle, il est dans leur nature de dissimuler plus que possible leur faiblesse quand ils tombent malades, ils n’expriment donc pas leurs douleurs. Il est donc nécessaire de dissimuler le comportement d’un lapin malade afin de prendre les précautions nécessaires.Consultez votre vétérinaire quand votre lapin commence à réagir d’une manière étrange :

  • il garde la tête excessivement relevée,
  • le cou tendu,
  • il reste couché,
  • il perd l’équilibre,
  • il garde les yeux fermés,
  • il vient se cacher au fond de sa cabane ou sous les meubles de votre maison…

En ce qui concerne la vaccination, ceci n’est pas obligatoire, mais comme tout autre animal, leur système immunitaire pourrait être vulnérable face à certaines maladies. Il est quand même préférable de donner pour eux le maximum de protection possible, principalement pour les vaccins contre certaines maladies comme la VHD (maladie hémorragique virale) et la myxomatose. Pour faire face aux dépenses engagées pour le soin et les différents frais médicaux, le maître pourra envisager de souscrire une mutuelle animale pour son lapin. Les mutuelles prennent en charge les frais vétérinaires en cas de maladies ou d’accidents, les consultations, les frais d’hospitalisation…